10 solutions pour enfants ou adolescents absorbés par leurs activités

Enfants en train de jouer qui ne sont pas prêts de s'arrêter!

« Ce n’est pas possible! Mon enfant ne veut jamais partir quand je lui demande! Demandé gentiment ou avec menaces, rien n’y fait! A chaque fois c’est la même chose « on part » = une crise de rage ou de colère! C’est toujours une galère sans nom de leur faire quitter leurs jeux / téléphone / jeux vidéos…
J’ai l’impression d’avoir tout testé…. d’autres pistes pour gérer les départs sans cris? »

Votre enfant, votre ado est en pleine activité, mais voilà, il faut partir (manger, se laver, aller chez le médecin…).
Vous l’avez prévenu, une fois, deux fois, c’est VRAIMENT l’heure. Il DOIT s’interrompre.
Et là : il hurle, il crie, il claque la porte.

Vous savez maintenant pourquoi vos enfants ont du mal à quitter un jeu, mais comment faire pour gérer ces situations ?
Comment faire pour que la fin d’une activité qui le/la passionne ne se transforme pas en drame ?

Je vous propose ici plusieurs options pour des changements en douceur.

Testez-les, trouvez celles qui vous parlent le plus et correspondent à votre dynamique familiale !
Allez, c’est parti !

1. Accompagner les périodes sensibles pour faciliter la fin des activités

Vous avez découvert une période sensible?
Une fois la période sensible découverte, il ne faut pas hésiter à proposer plusieurs supports à l’enfant pour assouvir son besoin (passion de l’enfilage => différentes perles avec différents outils : aiguille, cordon, chenille… Passion des dinosaures => plein de livres : découverte, histoire autour du dino, bricolages…).
Je donne ici des thèmes pour les petits, mais pour les adolescents c’est le même fonctionnement, on change juste de thème (musique, téléphone, jeux vidéos, activités manuelle, livres…).
Ce sera plus facile pour l’enfant de quitter son activité s’il a eu le temps de s’y consacrer à loisir à un moment où c’était jouable pour vous.

2. Toucher pour faire revenir l’autre au moment présent

Quand un enfant ou un adolescent est absorbé, il ne faut pas hésiter à poser doucement la main sur son épaule pour le faire « revenir » au monde réel.
C’est plus efficace que de lui demander 10 fois d’arrêter.

3. Assurer la pérennité de l’activité pour faciliter le départ

S’il doit quitter son activité, s’assurer avec lui que son activité restera en place. Que le petit frère ou la grande sœur (le chat, le chien, que sais-je) ne vont pas pouvoir déplacer son activité.

4. Rassurer quant à la reprise du jeu / de l’activité

Si vous êtes obligés de partir : proposer à votre enfant de noter sur votre agenda, le sien, sur un papier, sur la porte… que la première chose que vous ferez en rentrant c’est de reprendre cette activité !
Pour les adolescents il s’agira plutôt de s’assurer qu’ils pourront y revenir dans un délais qui leur convient.

5. Assouplir son agenda pour éviter une crise

Si vous n’êtes pas contraints par le monde extérieur, mais par des conventions sociales… peut-être que pour une fois on peut y mettre un peu de souplesse ? C’est à dire en clair, reporter le déplacement prévu.

Besoin d’accompagnement ?
Envie ou besoin d’être accompagné.e dans sa parentalité ?
Parfois lire des articles ne suffit pas, et une aide ponctuelle extérieure est nécessaire.
Discutons-en par téléphone, gratuitement et sans engagement !
PRENDRE RDV EN LIGNE

6. Combiner les activités pour faciliter la vie de famille

On peut aussi réfléchir à mixer les activités : Dino + repas : faire une assiette avec une purée de diplodocus, perles + bain : trouver des perles en plastique et zou dans le bain. Pour les adolescents, série + repas ou lire pendant le trajet en voiture… avoir le droit de s’isoler 1h quand il sera chez mamie…

7. Surenchérir en terme d’intérêt

Proposer quelque chose d’ENCORE plus intéressant (pas facile à trouver mais quand c’est possible ça marche du tonnerre !).
Très utile pour aider un ado à décrocher des jeux vidéos…

8. Nommer la situation pour apaiser les tensions

Mettre des mots sur ce qui est en train de se passer : « Toi tu as envie de jouer encore et encore à…, c’est important pour toi ».
Parfois le fait d’être compris aide à se sentir mieux et ouvre la porte aux compromis.

9. Négocier pour interrompre l’activité

Trouver un compromis en accord avec l’enfant.
Cela fonctionne quel que soit l’âge (exemple : finir ce livre, avant de passer à table).

10. Distancier pour s’assurer de pouvoir partir à l’heure

Mettre un tiers entre vous et votre enfant.
Un minuteur par exemple : quand il sonne, ce sera l’heure de… cela signifie que… Quand Papa arrive on arrête… A la fin de l’épisode, on mange…

Et vous ?

Voilà donc 10 pistes pour faciliter un changement d’activité difficile.
Vous pouvez les mixer. Les changer. Les utiliser beaucoup pendant un temps et devoir en changer ensuite parce que cela ne fonctionne plus. Les adapter à votre dynamique familiale.
Et si vous me racontiez vos expériences ?



Des questions ?

Des interrogations sur les consultations ou votre situation ?
N’hésitez pas !
J’y réponds toujours avec plaisir :)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.