« Dis maman, pourquoi le monsieur il… » Les questions embarrassantes!

Vous les voyez venir, les questions embarrassantes, posées à très haute voix et devant tout le monde? Par exemple, votre petit dernier, qui s’interroge en toute bonne foi sur une situation un peu… gênante (de notre point de vue d’adulte) ?
« Pourquoi il est petit / sent pas bon / n’a pas de cheveux le monsieur ? »
Pas le physique on a dit!! Et pourtant les enfants s’en donnent à cœur joie!

Pourquoi, les enfants posent « trop de questions » ?

Hhharrrgggg! Oui tiens, pourquoi nos chères têtes blondes de 2, 3, 4 voir 5 ans posent tout un tas de questions, y compris des questions super embarrassantes?

Simplement parce qu’ils ne savent pas. Héhé.

Ils explorent le monde à cet âge. Et donc, ils questionnent. Beaucoup. Souvent « trop » du point de vue du parent. Eux se demandent combien de temps va durer cette phase des questions? Si c’est une période? Si leur fils ou leur fille pose spécifiquement plus de questions que son voisin ce qui leur permettrait de crier sur tout les toits que oui, lui c’est vraiment TROP!

Je vais vous aider, savez-vous combien de questions un enfant entre 2 et 5 ans pose par jour?

Alisson Gopnik dans son livre Anti-manuel d’éducation, l’enfance révélée par les sciences

nous indique que des études ont été faites à ce sujet. On sait désormais que « les élèves de maternelle posent en moyenne, près de 75 questions par heure.« 
Je vous laisse faire le calcul pour la journée :). Normal que cela paraisse beaucoup!
Et forcement dans le lot des nombreuses questions, il y en a quelques unes compliquées.

Comment réagir quand notre enfant pose une question qui a trait à des sujets qui nous mettent mal à l’aise ?

On pourrait aussi nier les sentiments, le ressenti de nos enfants : « Mais non, il n’est pas petit / ne sent pas mauvais voyons…. » Mais ce n’est pas vraiment ce que l’on a en tête lorsque l’on essaye d’éduquer ses enfants dans la bienveillance… puisque l’un des grands axes, c’est de faire en sorte que l’enfant puisse se faire confiance. La première marche étant de faire confiance à ses ressentis. Si il sent que ça sent mauvais, c’est que ça sent mauvais pour lui.

On pourrait avoir tendance à faire comme si on n’avait pas entendu, comme si la question n’avait pas été posée. C’est d’ailleurs souvent comme cela que nous avons nous même été accompagnés dans ce genre de situation.
Mais elle risque fort de revenir (maintenant ou plus tard), et puis de toute façon tout le monde l’a entendu.
Alisson Gopnik nous le confirme d’ailleurs. Dans l’ouvrage précité on peut lire : « les études récentes montrent que les enfants veulent vraiment obtenir des réponses à leurs questions, qu’ils attendent vraiment de bonnes explications et qu’ils en tirent vraiment des enseignements ».
Alors quand ils nous reposent sans cesse la même question, et que l‘on peut avoir l’impression qu’ils nous provoquent… en fait… c’est simplement que notre réponse ne leur convient pas. A nous de chercher ce qui se cache derrière leur questionnement.

A nous d’être plus sincères, plus vrais. De prendre le temps de répondre clairement.

Alors, comment on gère ces moments ?

Je n’ai pas les réponses à tout, mais voici comment je me suis sortie de ces situations. J’ai chaque fois eu une structure similaire (fait + réponse hyper pragmatique si possible sans jugement, c’est pas toujours évident + rien du tout!).
Je retranscris la situation le plus fidèlement possible, il est possible que ce ne soit pas les mots exacts, mais ça donne une idée.
Mon idée de base était que si un enfant faisait une remarque physique à mon encontre dans la rue, j’aimerais ne pas être niée dans ce que je suis.

« Maman, pourquoi la dame elle est noire? »

Ce qui est drôle c’est qu’il a été chez sa nounou adorée 3 ans, qui est tunisienne d’origine, avec une peau plutôt foncée et qu’il ne l’avait jamais identifiée comme telle.

– « Ha tu as remarqué? La dame à la peau plus foncée que toi. Je ne la trouve pas noire moi, mais plus … comme du chocolat, tu ne trouves pas? Ta peau à toi est très claire, un peu…
– Beige-rose
– Oui un peu beige-rose.
– Pourquoi?
– Est-ce que tu as déjà remarqué que certaines personnes rougissent au soleil? Et que d’autres bronzent?
C’est un peu pour la même raison. Dans notre peau il y a de la mélanine. C’est comme un petit ingrédient, une petite chose qui dit si on va avoir une peau plutôt rosée ou plutôt bronzée…Selon les gens il y en a plus ou moins. Quand tu en as beaucoup tu as une peau plus chocolat noir et si tu en as moins, ça fait plus couleur chocolat blanc.
– Ha d’accord »

Finito.

J’aurais voulu continuer dans ma lancée: le chocolat que ce soit noir ou blanc c’est bon. Ce genre de trucs (parce que au fond, ce que j’avais en tête c’était : ha mon dieu mais il ne faut pas qu’il soit raciste, je dois lui dire que tout le monde se vaut que ce n’est pas une couleur de peau, blablabla). Mais en fait, il n’avait pas besoin de ça (zut j’étais bien partie!).
Ça lui a suffit. Il voulait pragmatiquement savoir pourquoi on avait des couleurs de peau différentes. Si j’avais continué, j’aurais ouvert la boite de Pandore sur la différence, le fait que certains pensent que l’on est plus ou moins ceci ou cela en fonction de notre physique…. Je me suis retenue, et c’était bien comme ça.

Il n’a plus jamais reposé la question. Et j’ai eu droit à un très grand sourire de la dame sus-mentionnée qui est restée le temps que je finisse mes explications.

C’était ma première fois, et j’étais assez contente du résultat (j’avais assez peur de la réaction de la dame à vrai dire).

« Pourquoi il est tout petit le monsieur ? »

C’était vrai, le monsieur était un nain. Clairement il faisait la taille de mon fils. J’avais en tête ma réaction avec la couleur de peau, et j’y suis allée. Cash.

– « Ha oui, c’est vrai, le monsieur est plus petit que les autres monsieur que tu as l’habitude de croiser. Il est vraiment plus petit que ton papa par exemple. » (La dit comme ça, ça ne semble pas si compliqué, mais dit devant le monsieur en question, c’était une autre histoire)
– oui il est beauuuucoup plus petit, il est presque comme moi
– Et ton papa, il est plus petit que ses frères.
On a chacun une taille différente. Certains sont très très grands et d’autres très très petits. C’est ça qui fait que tout le monde est différent et que l’on peut faire des choses différentes. C’est pratique d’être très très grand pour attraper les choses sans chaise, et c’est aussi pratique d’être tout petit pour se faufiler ou pour être bien installé dans les transports.
Par exemple, toi tu es plus grand que qui et plus petit que qui? »

Il m’a répondu et plus jamais nous n’avons eu ce genre de questionnement. Là aussi j’ai répondu directement devant la personne. Il a continué sa route, en me gratifiant néanmoins d’un très grand sourire (c’est important parce que je fais ma maline maintenant, mais sur le coup…).

« Baahh, il sent pas bon le monsieur ! »

En l’occurrence, c’est mon mari qui a eu cette question. Et c’est lui qui me l’a raconté. C’est aussi à lui que vous devez cet article parce qu’il ma dit que ma manière de réagir l’avait beaucoup inspiré pour répondre, et qu’il s’était senti à l’aise avec cette manière de faire.

Je ne connais pas l’échange concret, mais je sais que mon mari lui a parlé du fait qu’on a tous des sensibilités olfactives différentes. Que par exemple certains aiment l’odeur de choses que d’autres n’aiment pas.
Et que là visiblement, son nez n’était pas habitué à cette odeur.
Que à priori, c’était une odeur de transpiration et que c’était ce qui arrivait quand on faisait beaucoup de sport ou un travail physique. Que cela nous indiquait que cette personne avait du beaucoup faire d’efforts. Que cette odeur partait en se lavant. Et que là, peut-être qu’elle rentrait chez elle pour prendre une douche et se reposer.

Et voilà. Simple non?

(bon en vrai, je ne sais pas ce que j’aurais répondu à cette question, je la trouvais moins simple à priori que les précédentes!)

« Pourquoi il a un nez bizarre le monsieur ? »

En fait il parlait de la publicité juste derrière le monsieur, avec un acteur au nez démesuré. Ouf :p

 

Et vous, avez-vous été confronté à des situations embarrassantes à cause des questions de vos enfants? Vous me racontez? Quelles sont les pires questions que vous ayez eu?



Des questions ?

Des interrogations sur les consultations ou votre situation ?
N’hésitez pas !
J’y réponds toujours avec plaisir :)

26 Replies to “« Dis maman, pourquoi le monsieur il… » Les questions embarrassantes!”

  1. J’ai beaucoup rigolé avec toutes ces questions, je trouve ton article très intéressant et bien écrit 🙂
    A très vite

    1. Oui oui, ca fait rire! Tant qu’on n’est pas dans la situation 😉 haha!

  2. J’adore, es tout a fait ça les enfants avec leurs question inimaginable .

    1. Hé oui! la joie d’accompagner les enfants, et de se mettre à leur hauteur !

  3. C’est tout à fait vrai ma fille qui a 5 ans posent un tas de questions. Je me retrouve completement dans ton article avec parfois des questions ambarrassantes.

    1. Et du coup tu penseras à moi maintenant 😉

  4. Ahah les enfants, c’est vraiment drôle parfois même si ca peut être embarassant.
    Le petit frère d’une amie a demandé à son père pourquoi le Monsieur avait un singe sur la tête. (Par singe entendez dreadlocks lol)
    Je suis baby sitter et la petite que je garde ne m’a pas posé de questions mais à fait une remarque je ne savais plus ou me mettre. Il y a un groupe de jeunes qui passent à côté de nous (la peau noire) et la petite sort au moment où les jeunes sont à notre portée et plutôt assez fort en les fixant bien « Bah dis donc ils sont vraiment très très marrons ! » J’ai tenté d’expliquer après que cela ne se disait pas et pourquoi ca ne se disait pas mais sur le moment génée au possible

    1. Haha j’adore le singe sur la tête!! Excellent!
      Et oui, généralement, on a tendance à dire « chuuuut cela ne se dit pas… » mais en fait les enfants font les remarques pour comprendre. J’ai peur que le fait de dire que cela ne se dise pas induise que ce sujet est tabou. Qu’en penses tu?

  5. Merci pour ces pistes de réponse ! J’ai eu le droit à « j’ai pas le tee shirt du monsieur » . Ca reste soft encore. Mais par contre on commence les questions existentielles: maman pourquoi on vit ? Argh !

    1. Oui un avis ca va encore, on peut assez facilement dire que tous les goûts sont dans la nature 😉
      Pourquoi on vit, c’est pas mal, tu tiens le début d’une longue suite d’interrogations assez fun et qui, je trouve, permettent aussi à l’adulte de se reposer les bonnes questions. Parce que oui tiens, pourquoi on vit? Pour travailler? Pour aimer? Pourquoi dis?

  6. Article très drôle et qui apprend comment réagir face à ses questions disons… déconcertantes… Je n’ai pas encore d’enfants mais je penserai à toi et ton article quand ils me les poseront ! 😀

    1. Haha, hé bien tu te prépares bien en avance dis 😉
      Une idée à avoir en tête: répondre le plus simplement et le plus véridiquement possible 🙂

  7. Même si je ne suis pas prête d’avoir des enfants, j’ai bien aimé ton article et rigolé 🙂 Bisous

    1. Héhé, c’est déjà ça 🙂

  8. Haha ils savent nous placer dans des situations plus ou moins comiques ! Je n’ai pas encore eu de question désarmante, mais je serai également du genre à expliquer très simplement les choses, il aura une réponse claire, qui répondra à son interrogation

    1. Vraiment, c’est finalement le plus simple. Même si, tu me dirais ce que tu en penses, ce n’est pas si facile que ça de dire franco devant la personne ce qui « EST ». On n’a pas été habitués comme cela sans doute. Pourtant, les gens le prennent vraiment bien!

  9. Bonsoir,

    Effectivement quand tu te retrouves confronter à ce type de question, parfois tu ne sais pas où te mettre. Mais merci pour tes précieux conseils encore une fois qui me seront bien utiles le jour où ma fille me posera toutes ces questions 🙂

    Belle soirée, Lili

    1. Héhé, oui! a mon avis tu te souviendras dans un coin de ta tête de cet article 😉

  10. Super article, et qui propose de bonnes pistes concrètes pour répondre quand on est confronté à ce genre de situations.
    75 questions par heure ? OMG !!

    J’ai déja eu une question de « pourquoi il marche bizarrement le monsieur » devant un jeune homme qui devait, j’imagine, avoir souffert de la polio ou d’une maladie similaire… Je m’en suis tirée avec un « tu sais, parfois il y a des maladies ou des accidents qui font qu’on marche différament »
    Le « il a un zizi le monsieur aussi ? » à la caisse du supermarché était un peu embarrassant mais finalement pas très compliqué (et il a bien fait rire le type concerné !) et je m’en suis tirée avec un « oui, probablement. Vous confirmez monsieur ? »

    Par contre, le jour où il a demandé « pourquoi elle est moche la dame ? », j’ai gagné du temps en disant « heeeeuuuuu quelle dame ? » ce qui a permis à la personne concernée d’être assez loin avant que je n’entame de laborieuses explications » 😉

    1. Hé oui 75 questions par heure…. il faut dire que parfois ils enchainent les pourquoi et les comment!! Ce matin mon fils m’a demandé de voir le trou par lequel sortent les bébés ;). Après un instant (une seconde) de « ha non/ ha mais il demande c’est important/mais comment je vais faire ça? » Je lui ai demandé si j’arrivais à lui montrer sur un dessin et pas sur moi ça irait quand même. Affirmatif (ouf!)
      En fait, il avait peur que ce soit le même trou que pour le caca. Flippant effectivement.

      J’aime beaucoup la question du zizi et le fait que tu aies demandé au monsieur!! 😀

  11. Hello 🙂 J’ai beaucoup aimé ton article. Je n’ai pas d’enfants, je n’ai pas eu ce genre de situation à gérer. En revanche, je garde parfois mon neveu de trois ans. Et comme beaucoup d’enfants, il est très curieux et pose beaucoup de questions. Il m’a demandé pourquoi je prenais des bonbons (ma pilule) quand mon téléphone sonnait (alarme pour ne pas l’oublier). J’ai dû lui expliquer que ce n’était pas un bonbon, mais un médicament que je devais prendre à la même heure chaque jour, pour éviter d’avoir des enfants. J’aurais peut-être dû lui expliquer tout simplement que c’était pour ne pas tomber malade. Car il m’a demandé pourquoi je ne voulais pas d’enfants. Je lui ai dit, que pour l’instant, je ne me voyais pas maman, je ne pouvais pas élever un enfant, parce que je ne me sentais pas assez grande pour cela. C’est assez compliqué de faire comprendre à un enfant certaines choses compliqués. Mais bon, le principal, c’est que ça nous a fait un sujet de conversation qui avait l’air de l’intéresser. Bonne continuation

    1. Ha pas mal la question sur la pilule! J’ai tendance à penser qu’il vaut mieux dire la vérité comme tu l’as fait: je pense que cela aurait pu être inquiétant pour lui de penser que si jamais tu oubliais une fois cette petite pilule tu pourrais tomber malade, l’angoisse! Alors que là tu lui as dit très justement ce que tu ressentais. Et c’est vrai, parfois on ne se sent pas encore prêt (l’est-on un jour, ça c’est une autre vraie question 😉 ) à être parent. Et c’est important pour un enfant de savoir que l’on peut attendre pour avoir un enfant et en avoir envie. Cela signifie que pour son cas aussi on a probablement beaucoup eu envie qu’il arrive 🙂 c’est positif!
      Mais bizarrement, comme tu l’as toi – même constaté, c’est parfois plus dur de dire la vérité qu’une excuse… bizaroïde !

      PS: et n’oublions pas que les enfants apprennent de leurs parents, oncles, tantes, entourage… et qu’on ne peut pas leur demande de ne pas mentir si on leur donne le modèle des adultes qui mentent… (parce qu’il va bien recouper l’info un jour 😉 )

  12. Olala oui le  » pourquoi il est noir le monsieur ?  » me met très mal à l’aise et revient souvent… j’ai expliqué à peu près comme toi mais ça ne doit pas la satisfaire, ou alors elle sent mon malaise justement…

    1. Ha oui, si tu es mal à l’aise, elle doit le sentir et se dire « Mais pourquoi l’attitude de ma maman n’est pas ok avec ce qu’elle me dit? » Tu peux tenter de le lui dire cash « J’avoue que cette question me met mal à l’aise parce que… » et voir si ça change quelque chose. L’avantage c’est que tu peux avoir cette conversation quand tu le souhaites toi 😉 A la maison. Porte fermée 🙂

      1. C’est vrai, tu as raison, je peux en effet lui préciser mon mal à l’aise. Soyons honnête avec nos enfants c’est tellement plus simple 🙂 <3

        1. Oui, c’est au final, bien plus simple!

Laisser un commentaire